A cause d'allergies, par souci de préserver l'environnement, après une prise de conscience que des dérivés pétroliers ou autres ingrédients peu avenants colonisent nos crèmes et autres gels douche, pour des raisons économiques... Nous avons décidé de réaliser nous-même nos produits cosmétiques.

S'ils sont réalisés dans de bonnes conditions, je vois tout plein d'avantages à fabriquer ses propres produits :

- on connaît la composition exacte ; si on est allergique ou sensible à un ingrédient, c'est très facile de l'éviter
- on peut cibler et personnaliser ses soins en fonction de notre type de peau, des effets recherchés
- on fabrique des produits qui nous font envie, avec les couleurs, odeurs, textures... qui nous plaisent
- on prend vite plaisir à imaginer de nouvelles recettes et à réaliser des soins originaux, impossibles pour le coup à trouver dans le commerce !
- un produit fait maison est bien moins cher qu'un produit acheté dans le commerce
- en général il est fabriqué avec des produits naturels, ce qui limite l'impact sur l'environnement
- on utilise des contenants de récupération, ce qui est également bénéfique pour l'environnement
- etc...

Pourtant, certains préalables sont incontournables et il est nécessaire de prendre certaines précautions, pour éviter que les produits qu'on fabrique ne soient plus nocifs que bienfaisants... Voici quelques recommandations :

159 Les règles d'hygiène :

Dans un laboratoire de cosmétologie, les règles d'hygiène pour la fabrication des cosmétiques sont drastiques. S'il est impossible de les reproduire chez soi, on peut néanmoins suivre quelques principes pour éviter au maximum la contamination de nos produits par des germes qui peuvent être très dangereux pour la santé.
Ainsi, avant de commencer, il faut toujours veiller à stériliser les ustensiles et contenants, désinfecter le plan de travail et ses mains.

Plusieurs possibilités s'offrent à nous pour stériliser les ustensiles et contenants :
- s'ils sont en verre ou métal et supportent les fortes chaleurs, on peut les plonger dans l'eau bouillante pendant 10 minutes, ou encore utiliser un stérilisateur vapeur (comme ceux pour les biberons des bébés par exemple).
- pour les matériaux plus fragiles, on peut les vaporiser avec de l'alcool à 70° et les laisser sécher à l'air libre (sur une surface elle aussi stérilisée bien sûr). L'alcool à 70° désinfecte plus efficacement que l'alcool à 90° car la part d'eau qu'il contient lui permet de mieux pénétrer dans les bactéries.

lotion question mark-thumb-480xauto-1037 La conservation :

L'avantage des cosmétiques naturels maison c'est qu'ils ne contiennent pas de paraben et autres joyeusetés dérivées du pétrole. Pourtant, il est néanmoins nécessaire d'ajouter un conservateur efficace à nos produits pour ne pas les voir se transformer en bouillon de culture au bout d'une semaine...

L'extrait de pépins de pamplemousse ne me semble pas suffisamment efficace pour réellement jouer le rôle de conservateur. Je conseille plutôt de vrais conservateurs, tels que le Benzyl alcohol and Dehydroacetic acid (le "cosgard") ou le "naticide" (encore appelé "plantaservQ") par exemple. Même si le premier est d'origine synthétique, sa composition est suffisamment saine pour être agréé par Ecocert pour les cosmétiques bio. Bien veiller à les intégrer aux dosages recommandés par les fournisseurs de matières premières.
Pour des préparations contenant uniquement une phase huileuse, penser à ajouter un antioxydant, comme de la vitamine E.
Les produits cosmétiques maison devraient toujours être fabriqués en petite quantité et utilisés dans les 3 à 6 mois selon le produit. Ils peuvent être conservés à température ambiante s'ils contiennent un bon conservateur.
Enfin, il ne faut pas hésiter à jeter des préparations dont l'aspect ou l'odeur changent. Et évidemment faire attention aux dates de péremption des ingrédients qu'on utilise !

sigles_produits_447 Les ingrédients dangereux :

Un amalgame courant est celui de confondre "naturel" avec "innofensif". Ce qui est absolument faux !! L'amanite phalloïde et le venin de vipère sont également naturels ; ils sont pourtant mortels...

Les huiles essentielles sont toujours à manier avec précaution. Elles renferment des principes actifs puissants, dont certains sont d'ailleurs extraits pour fabriquer des médicaments. Les composants des huiles essentielles utilisées par voie externe (sur la peau) passent aussi dans la circulation sanguine et le système lymphatique. Ils produisent donc les mêmes effets que si on les ingérait.
Certaines huiles essentielles ont un effet sur le système hormonal, sur le système nerveux, certaines sont abortives, d'autres hépato-toxiques, photosensibilisantes, dermocaustiques, etc... Il faut donc bien se renseigner sur les effets de l'huile essentielle choisie et bannir leur usage pour les femmes enceintes, allaitantes ou les jeunes enfants, ainsi que pour les personnes atteintes de certaines pathologies (cancers, pathologies hormono-dépendantes, etc...). Attention également à ne pas surdoser.
Enfin, soyons vigilents pour l'achat de nos huiles essentielles. Certaines vendues dans le commerce sont coupées, voire de synthèse... Il est important de vérifier que l'huile essentielle soit bien chémotypée. Les acheter de préférence "bio" ou sauvage, surtout pour les huiles essentielles d'agrumes, qui concentrent bien les pesticides...

La soude, utilisée pour la fabrication de savons maison, est extrêmement caustique ; elle doit être manipulée avec de grandes précautions, avec un équipement de protection adéquat et un dosage précis.

Les ingrédients pulvérulents (en poudre) comme certains tensioactifs solides (SLSA par exemple), le bicarbonate de soude ou le talc etc... ne doivent pas être inhalés car ils pourraient endommager les poumons. Le port d'un masque est recommandé pour l'utilisation de ces poudres.

Attention aux confusions entre différents produits : ne pas confondre soude caustique et cristaux de soude, borax et acide borique, poudre à lever et bicarbonate de soude, etc... ; les erreurs peuvent avoir des conséquences dramatiques, soyons vigilants.

Les allergies : tous les ingrédients employés dans la fabrication de cosmétiques maison doivent faire l'objet de la plus grande attention. Certaines plantes ou composants présentent des risques importants d’allergie (certaines familles de plantes, certains conservateurs, certains émulsifiants, certains actifs, certaines résines, etc...). D’une manière générale, personne n’est à l’abri d’une allergie. Il ne faut pas hésiter à pratiquer un test cutané avant l’emploi d’un nouveau produit. Ne pas perdre de vue que les produits maison sont souvent plus riches en actifs que ceux du commerce, donc leur effet est plus important.

 

Avoir accès à toutes ces plantes, toutes ces huiles essentielles, tous ces ingrédients de manière libre est une richesse, mais il faut en faire bon usage. Cette liberté est déjà menacée ; certains lobbies pharmaceutiques et cosmétiques veulent déjà limiter la vente libre des plantes dites médicinales. Plusieurs incidents liés à un mauvais usage de ces ingrédients pourraient en faire interdire définitivement la vente libre. Pour que chacun ait toujours la liberté de se soigner avec les plantes et les huiles essentielles, pour que nous puissions continuer à fabriquer nos propres produits de soin, soyons attentifs et responsables de la manière dont nous les utilisons !

Fotolia_169847_Subscription_L