Souvenez-vous... C'était il n'y a pas si longtemps, même si la buée qui sort de nos bouches dès que l'on passe le pas de la porte semble vouloir nous convaincre de l'inverse... Il y a à peine quelques semaines, nous étions officiellement en automne, et pourtant le temps était resté clément ; le soleil était au rendez-vous et un reste de chaleur d'été enveloppait l'atmosphère. Il paraît qu'on appelle ça l'été indien.

http://www.isabellelarin.ca/en/wp-content/gallery/slideshow/ete_indien.jpg

J'avais bien envie d'accompagner ce climat par une nouvelle crème visage. Une crème à la couleur chaude, mais un peu plus riche que celle que je venais de finir et que j'avais utilisée tout l'été, histoire tout de même de préparer la venue des premiers frimas. Une crème qui me permette de garder bonne mine et de rattaquer l'année scolaire avec un teint ensoleillé. L'occasion d'utiliser à nouveau l'huile de tomate qu'Aroma-Zone m'avait envoyée pour tester (voir la crème que j'avais déjà faite avec cette huile et l'huile de dattier du désert).

Voici donc ma crème été indien :

Crème visage été indien

Ingrédients :

Phase 1 :
5% tégomuls (émulsifiant qui donne des crèmes très pénétrante, matifiant)
1% alcool cétylique (agent de texture, épaississant)
5% huile de graines de tomate (antioxydante, réparatrice, effet bonne mine, affine le grain de la peau)
5% huile de noyau d'abricot (illuminatrice, régénérante, émolliente)
5% huile d'inca inchi (riche en oméga 3, apaisante, circulatoire, anti-radicalaire)
3% coco silicone (apporte un toucher soyeux, apporte du glissant à la crème pour une application plus aisée, pénétrante, diminue les traces blanches à l'application des crèmes)
1% lécithine de soja (très bonne affinité avec la peau, facilite la pénétration en profondeur, agent de texture)

Phase 2 :
36% hydrolat de géranium bourbon (astringeant, apaisant, anti-inflammatoire et tonique, effet bonne mine)
30% hydrolat de carotte sauvage (anti-inflammatoire, régénérant, tonique et anti-teint terne)
5% urée (composant du NMF, le natural moisturing factor, il est hydratant)

Phase 3 :
2% extrait CO2 de carotte sur jojoba (riche en provitamine A, antiradicalaire, donne un teint hâlé)
1,4% synergie d'huiles essentielles bonne mine, anti-âge et apaisantes (petitgrain bigarade, bois de rose et géranium bourbon)
0,6% naticide (conservateur)

Mode d'emploi :

Stériliser les ustensiles et contenants, désinfecter le plan de travail et bien se laver les mains.
Au bain marie, faire fondre la phase 1 et la phase 2 séparément. Je fais chauffer la phase 1 un peu plus que la phase 2 (la phase 1 est à 70° et la phase 2 à 45). Verser alors en filet la phase 2 dans la phase 1 en fouettant bien pour créer l'émulsion. Bien fouetter jusqu'au complet refroidissement de la crème (on peut mettre le bécher dans un bain marie d'eau froide pour accélérer l'opération). Ajouter alors un à un les ingrédients de la phase 3 en mélangeant bien entre chaque.
Mettre en pot.

Verdict :

Au moment où je l'ai faite, cette crème s'est révélée un peu trop riche pour moi. Le soir il m'arrivait d'avoir le front qui brille. A présent, elle est juste parfaite (le froid aidant, ma peau a plus besoin d'être nourrie). Le coco silicone donne des crèmes très agréables à appliquer, mais je trouve que pour le visage, il est à réserver aux peaux sèches ou en hiver, car il laisse un petit film en surface de la peau.
La couleur naturelle de ma crème, très chaude, rappelle un coucher de soleil. Je trouve l'odeur exquise, florale et légère. L'odeur amandée du conservateur joue le rôle de note de fond adoucissante assez bien. Côté texture enfin, la crème est à la fois épaisse mais souple, un peu comme de la crème fraîche épaisse, j'aime assez.


(Petite dédicace aux amateurs du kitch... ça nous rajeunit pas tout ça hi hi !)