Cette nuit, c'est la bonne.

Je l'ai suivi toute la journée. Ma patience a été mise à rude épreuve, mais ma récompense approche... Au fur et à mesure que le temps passe, mon excitation grandit.

A la suite de l'ombre, je me glisse sans bruit, tel un fauve, dans l'obscurité du hangar. Je guette le souffle de ma proie. Oubliés, mes questions existentielles, mes doutes... Mon instinct de chasseur a repris le dessus. Mon passager noir va enfin assouvir son besoin.

Soudain, le regard surpris et hagard de l'homme croise le mien. Mon coeur bat plus fort ; je me sens tellement... Vivant ! Sans lui laisser le temps de réagir, je l'attrape par le cou et lui enfonce une aiguille dans la peau.

Quand il reprend ses esprits, je l'ai déjà attaché sur une table, dans un décor plastifié. Surtout, ne pas laisser de trace. Ne pas se faire prendre.  Je suis ce genre de monstre : très soigneux.

Je sens dans ma main le contact froid et sensuel du scalpel. Une petite incision sur la pommette de cette ordure me permet de récolter une précieuse goutte de son sang. Mon rituel me pousse à lui rappeler les raisons criminelles de sa présence sur ma table, photos de ses victimes à l'appui, comme une justification de mes actes... Puis je me saisis de la tronçonneuse. D'un geste précis et large, éclair rouge dans la pénombre, j'entaille la peau sans résistance de ma proie. Un sourire fend mon visage, ou plutôt celui de mon passager noir. Le cri de terreur et de douleur résonne comme une douce musique à mes oreilles. Les yeux mi-clos, apaisé, je contemple la pluie de sang qui vient de s'abattre sur le mur de plastique. C'est un spectacle merveilleux et fascinant, que ces petites gouttelettes grenat luisant à la faible lumière du plafonnier. Tout à l'heure, je rangerai mon trophée avec les autres : la goutte de ce précieux liquide que j'ai prélevée et gardée entre deux lames de verre.

Savon bloody rain

Toujours dans la série des savons inspirés du grand ou du petit écran, voici un autre opus. Vous avez reconnu la source d'inspiration ?

Voici sa recette et son mode opératoire :

Ingrédients :

20% huile de coco (dureté et mousse)
20% beurre de karité (dureté et douceur)
25% huile d'olive (dureté et douceur)
15% huile de macadamia (douceur)
10% huile de colza (douceur)
10% huile de ricin (douceur et mousse)

Dans les huiles : 1 cuillère à soupe d'argile blanche (fixe le parfum et agent de texture)

Lait de vache en glaçons et soude pour un surgraissage à 10

Ajout à la trace : 3% synergie d'huiles essentielles (orange concentrée x10, petitgrain bigarade et poivre noir)

Colorants : charbon activé pour le noir, colorant rouge pour savon et paillettes rouges (oui on ne les voit pas sur la photo les paillettes...)

Savon bloody rain texture

Mode d'emploi :

Voir mon tutoriel sur la méthode de saponification à froid, ici.

J'ai procédé en deux étapes ; en penchant le moule, à la trace épaisse, j'ai d'abord coulé une couche de pâte colorée en noir, puis par dessus j'ai versé à la spatule (pour que les couleurs ne se mélangent pas) une couche de pâte colorée en rouge, puis une dernière couche de pâte colorée en noir. Le lendemain, j'ai remis mon moule droit, et j'ai coulé la partie incolore à la trace fine. Pour faire les gouttes de sang, j'ai utilisé la méthode "colors in mould" que j'avais inaugurée dans mon savon Racines, ici. Le rendu est différent car dans mon savon racines, j'avais utilisé un colorant hydrosoluble, alors que j'ai utilisé ici un colorant liposoluble. Les gouttes ne se sont pas immédiatement mélangées au reste de la pâte.

Savon bloody rain ensemble

Verdict :

L'odeur de ce savon lui sied bien je trouve, à la fois acidulée et épicée. Le rendu des petites gouttes de sang me satisfait. La couche rouge, par contre, est moins fine que ce que j'aurais souhaité, mais bon...

Je ne peux m'empêcher d'entendre le générique de Dexter dans ma tête quand je regarde ce savon ^^ Et vous, quelle série ou quel film vous donneraient des idées de savon ? A suivre bientôt, un autre savon, inspiré d'un film ce coup-ci !