Après le test des microsphères de silice dans mon bavarois de massage au café, j'ai réutilisé cet ingrédient, combiné aux perles de teint, qu'Aroma-Zone m'a également envoyées en test. Je voulais faire une crème un peu magique, qui puisse parfaire la peau sans effet plâtre, tout en transparence, qui puisse gommer les imperfections, flouter les pores et illuminer mon visage. Un peu le graal, quoi...

Mais voici tout d'abord un petit focus sur les deux ingrédients testés dans cette crème.

Les microsphères de silice :

FT_trombone_actif-cosmetique_MS_microspeheres-silice

C'est une poudre minérale matifiante (impeccable dans les produits de maquillage) qui floute les rides et imperfections (tout ce qu'il me faut). Sa richesse en silice (ben oui forcément...) lui confère des propriétés toniques et reminéralisantes pour la peau.

Les perles de teint :

FT_trombone_colorant-naturel_MS_perles-teint

 

C'est un mélange de colorants minéraux, agglomérés par un mélange végétal. Elles servent à colorer la peau. Intégrées à une crème, elles deviennent suffisamment molles pour s'écraser sur la peau et fournir une couvrance légère à bonne (selon la dose qu'on aura choisie).

J'ai d'abord testé ces perles telles quelles, en suspension dans une crème neutre. J'ai attendu toute la nuit, que les perles soient suffisamment imbibées, avant d'appliquer ma crème. Mais même si je dois avouer que les perles ont très facilement fondu sur ma peau, je n'ai pas aimé le toucher légèrement granuleux (dû aux perles donc) et de plus, la couleur n'était pas parfaitement uniforme (selon les endroits où il y avait eu plus de perles que d'autres). J'ai donc refait une formule, dans laquelle j'ai fait fondre les perles, pour un rendu plus uniforme à l'application. Voici ma formule :

Crème perfectrice de teint au lotus rose

Ingrédients :

Phase 1 :
5% Glyceryl stearate, Potassium stearate (cire n°3 d'AZ, émulsifiant)
4% huile de dattier du désert (huile sèche très nourrissante)
4% huile de son de riz (circulatoire, apaisante)
4% huile de chaulmoogra (anti-bactérienne, purifiante, apaisante)
6% huile d'inca inchi (apaisante, riche en oméga 3)

Phase 2 :
50% hydrolat de carotte sauvage (donne bonne mine)
5,5% microsphères de silice (matifiantes, perfectrices de teint)
5% perles de teint (colorant)
1,5% argile violette (donne bonne mine)

Phase 3 :
5% jus d'aloé véra (apaisant, cicatrisant)
3% fucocert (hydratant, anti-âge)
3% co-enzyme Q10 (anti-âge)
3% complexe hydratation intense (hydratant)
0,6% naticide (conservateur)
0,4 absolue de lotus rose (pour parfumer... Il ne m'en reste plus snif !)

Mode d'emploi :

Stériliser les ustensiles et contenants, désinfecter le plan de travail et bien se laver les mains.
Dans deux bains marie différents, faire fondres les phases 1 et 2. Une fois que c'est fait, homogénéiser les phases et verser lentement la phase 2 dans la phase 1 en fouettant bien pour créer l'émulsion. Fouetter jusqu'au refroidissement de la crème, puis ajouter un à un les éléments de la phase 3 en mélangeant bien entre chaque ajout. Mettre en flacon.

Verdict :

La crème était très agréable à appliquer (et son odeur divine !). J'ai effectivement pu remarquer que ma peau paraissait plus jolie, le teint plus uniforme et les imperfections (ridules, petits boutons etc...) moins visibles. En revanche, si vous recherchez un fond de teint, augmentez très sensiblement la proportion des perles de teint, car ma crème restait très transparente tout de même.

J'ai conditionné cette crème dans un contenant envoyé en test par Allinpackaging. Ce flacon est en verre, ce qui est très pratique à stériliser et sain. La pompe permet une distribution du produit de manière hygiénique, et le petit capuchon permet à la crème restée sur l'embout de ne pas sécher. J'ai trouvé ce contenant très pratique pour les crèmes maison !

Je profite de ce billet pour vous rappeler qu'il est encore temps d'adopter une bulle pour soutenir les savonneries auvergnates ! C'est par ici que ça se passe.